Non classé·Témoignages

La panthère des neiges, Sylvain Tesson

80809841_10156638253201566_5820148992134086656_o

En 2 mots : L’écrivain voyageur Sylvain Tesson nous embarque aux côtés du photographe animalier Vincent Munier. Cap sur le Tibet, dans des paysages à couper le souffle et par des conditions extrêmes, à la rencontre de la faune sauvage : loups, yacks, renards, etc. peuplent ces pages saisissantes de beauté et d’authenticité. Le but ultime du voyage : la mythique panthère des neiges, que le photographe cherche depuis 6 ans.

Mon avis : ultime coup de cœur de 2019 pour le prix Renaudot qui m’a laissé sans voix!  Le dépaysement et l’émerveillement sont présents dans chacune des pages de ce récit de voyage, véritable ode à la nature de l’une des dernières régions du monde encore préservée de l’influence des hommes. Des réflexions philosophiques sur la vie, la nature et l’humanité émanent de ces pages qui bouleversent le lecteur ; ce dernier se croyant presque comme faisant partie intégrante du voyage, tant Sylvain Tesson nous donne à vivre les sensations et les émotions qui l’ont lui même habitées durant cet éprouvant périple, par des températures avoisinants les -20° et des altitudes élevées.

Silence, calme et volupté d’une nature préservée et sublimée par les mots de l’écrivain, humble contemplateur de l’une des dernières beautés sauvages de notre monde, ce roman mérite amplement son prix car il nous rappelle l’essentiel : la toute puissance de la nature. Une nature pure qui pulse de vie et d’énergie, une force tranquille et souveraine, en un mot : sublime.

Références : « La panthère des neiges« , Sylvain Tesson, aux éditions Gallimard, 176 pages, 18€.

Témoignages

Les quatre filles du docteur March, d’hier à aujourd’hui – livre du film

81010099_10156630584106566_8401475803623194624_o

En 2 mots : Dans cette ouvrage soigné, signé des éditions Michel Lafon, nous revenons sur la fabuleuse succès story du roman de Louisa May Alcott : « Les quatre filles du docteur March« , dont la nouvelle adaptation sera sur les écrans mercredi 1er janvier 2020.

L’occasion de découvrir les coulisses et des photographies de ce nouveau film mais également de se (re)plonger dans ce qui constitue le cœur et l’âme de cette histoire mythique. Focus donc sur les personnages, les costumes ou encore les décors pour en apprendre davantage sur Meg, Jo, Beth et Amy ainsi que sur leur époque et leur entourage.

Richement documenté et illustré, cet ouvrage ravira les fans du roman ou des précédentes adaptations, désireux ou curieux de découvrir la nouvelle version de Greta Gerwig ainsi que ses prestigieux interprètes : Emma Watson, Meryl Streep, Saoirse Ronan, etc.

Références : « Les quatre filles du docteur March, d’hier à aujourd’hui« , aux éditions Michel Lafon, 18,95€.

Non classé·Témoignages

A la table des diplomates, l’histoire de France racontée à travers ses grands repas (1520-2015), Collectifs

68833524_10156285001301566_389074112317751296_n

En 2 mots : Merveilleux ouvrage qui rassemble historiens et chefs cuisiniers autour des grands repas qui ont marqué l’histoire de France depuis l’époque moderne. Reprennent ainsi vie : les festins du camp du drap d’or réunissant les cours de François I et Henri VIII d’Angleterre, le repas expéditif des noces de Napoléon et Marie-Louise d’Autriche, les festivités des expositions universelles de 1889 et 1900 ou encore la visite d’état des Kennedy, du Shah d’Iran ou de la reine Elisabeth II. Comme le disait à juste titre Talleyrand : « On ne fait pas de bonne diplomatie sans bons déjeuners ».

Mon avis : Petite pépite pour les amateurs d’histoire et de gastronomie! L’art de recevoir à la Française, les traditions et la gastronomie de notre pays sont ainsi admirablement mis à l’honneur dans cet ouvrage que j’ai trouvé passionnant, un vrai régal pour les sens!

J’ai apprécié également sa composition très vivante avec, outre les récits et descriptions historiques, des anecdotes caustiques, des recettes inspirées des mets servis lors de ces festins, des reproductions de menus d’époque, des photographies, etc.

En bref, très belle idée que de faire (re)découvrir ces moments historiques pour la diplomatie de notre pays en rassemblant des passionnés : des historiens pour faire revivre ces repas passés à la postérité, et des chefs pour décortiquer les mets de prédilection et les traditions culinaires des puissants de notre pays depuis la Renaissance.

Références : « A la table des diplomates, l’histoire de France racontée à travers ses grands repas (1520-2015), aux éditions Folio, 352 pages, 7,90€.

Non classé·Témoignages

En camping-car, Ivan Jablonka

66061892_10156173643856566_3220449757956669440_o

En 2 mots : L’historien Ivan Jablonka ressuscite avec bonheur et nostalgie ses souvenirs d’enfance lorsque, en compagnie de ses parents et de son petit frère, il parcourait l’Europe et les Etats-Unis en camping-car. L’occasion également de s’interroger sur des questions plus philosophiques : le poids de l’héritage du passé et des aspirations parentales ou l’impact de la mémoire collective sur la mémoire intime. Suranné et délicieux, mettez le cap sur les années 80 : Hit the road!

Mon avis : J’ai pris grand plaisir à lire ce petit texte lumineux, gorgé de soleil, véritable ode à l’enfance et aux plaisirs simples de la vie. Ivan Jablonka réussit avec brio le pari de faire revivre cette époque qui a tant comptée pour lui, au point d’en avoir imprégnée l’homme et l’historien qu’il est devenu. En toile de fond, c’est également un hommage plein de tendresse qu’il rend à sa famille, à ses parents, qui lui ont offert la chance de vivre ces moments incroyables, à jamais gravés dans sa mémoire.

Quand la petite histoire rejoint la grande, c’est le temps des vacances qui reprend vie, le temps des copains et de l’aventure, celui qu’on aimerait faire durer toujours. Les pages regorgent de moments délicieux qui donnent envie de prendre illico la route : baignades sans fin, bains de soleil, barbecues et visites de sites antiques et culturels diffusent une envie d’évasion et de liberté, un désir de retourner à l’essentiel, aux racines et aux petits bonheurs.

Récit de voyage mêlant savoureuses réflexions philosophiques, historiques, littéraires et spirituelles, ce petit livre inspirant se révélera un formidable compagnon de voyage pour cet été!

Références : « En camping-car« , Ivan Jablonka, aux éditions Points, 192 pages, 6,50€.

Non classé·Témoignages

Le plus grand défi de l’histoire de l’humanité, Aurélien Barrau

61915197_10156108315601566_1608986442338402304_n

En 2 mots : un essai passionnant et passionné qui ne laissera personne indifférent face à ce «génocide environnemental prévu». L’astrophysicien Aurélien Barrau dresse ici un état des lieux alarmant de la situation écologique actuelle, étayé par de nombreux chiffres et statistiques, qui fond littéralement froid dans le dos. Il propose également des pistes concrètes à mettre immédiatement en place au quotidien pour faire avancer les choses dans le bon sens, tout en précisant néanmoins que cela ne sera pas suffisant : un changement collectif d’ampleur planétaire est désormais vital car le pire est avenir…

Mon avis : Je n’ai pas l’habitude de lire ce genre d’essai, mais je dois dire que le choc des propos d’Aurélien Barrau m’a interpellé dès les premières lignes. La planète se meurt et ne survivra pas si l’on continue à foncer droit dans le mur.

Le ton n’est cependant absolument pas moralisateur, ce n’est pas nécessaire puisque les faits parlent d’eux-mêmes : la situation de notre planète est désespérée.

Grâce à des propos très clairs, l’ouvrage est aisément compréhensible et accessible, mettant le lecteur devant l’insoutenable paradoxe de notre monde moderne : « il ne s’agit que de décider si nous préférons sauver des biens ou des vies, des espèces ou un système, un avenir ou un instant ».

Il donne également à voir qu’en modifiant quelque peu nos habitudes, il est possible de migrer vers un mode de vie et de consommation plus juste et équitable, mais il y’a urgence. Me reste une envie de révolte en refermant ce petit livre, l’envie de m’indigner, pour qu’enfin nous cessions de nous voiler la face face à l’imminence et à la certitude du désastre à venir. Une lecture inspirante qui éveille les consciences.

Références : « Le plus grand défi de l’histoire de l’humanité« , Aurélien Barrau, aux éditions Michel Lafon, 143 pages, 8€.

Non classé·Témoignages

La fabuleuse histoire de Guirec et Monique, Guirec Soudée

En 2 mots : Ce très joli livre superbement illustré relate la folle histoire de Guirec, un jeune breton de 21 ans qui embarque sur un petit voilier pour traverser les océans! Ce livre retrace ses voyages autour du monde, en compagnie d’une coéquipière pas comme les autres : Monique, une jolie petite poule rousse ! Découvrez leur périple qui vous mènera à travers les océans, des Canaries aux Caraïbes, en passant par le Groenland, l’Alaska, San Francisco ou encore St Hélène!

Mon avis : Un vrai coup de cœur pour l’aventure insolite et hors du commun de ses deux improbables compères car, effectivement, je n’en suis toujours pas revenue qu’un tel voyage soit possible en compagnie d’un animal de basse cour! Ce carnet de bord très soigné aux photos magnifiques m’a permis de m’évader en partageant le quotidien de Guirec et Monique à travers le monde et surtout de rester bouche bée devant le chemin parcouru! Les explications sont précises sans être ennuyeuses et les annotations et dessins griffonnés donnent réellement l’impression de lire sur le vif un carnet de voyage avec les hauts et les bas qu’une telle expédition implique.

Superbe aventure humaine inspirante et exotique, un vrai bonheur❤!

Références : « La fabuleuse histoire de Guirec et Monique« , Guirec Soudée, aux éditions Arthaud, 208 pages, 21,90€.

Annuaire des auteurs·Caro·Témoignages

Le lambeau, Philippe Lançon

 

En 2 mots : Paris, 7 janvier 2015, deux hommes armés pénètrent les locaux du journal satyrique Charlie Hebdo et commettent un massacre. Parmi les rescapés, Philippe Lançon grièvement blessé, notamment à la mâchoire mais vivant. Le « Lambeau » est son témoignage, celui d’un homme qui revient de l’enfer.

Hospitalisé pendant près de 10 mois et subissant de multiples opérations, notamment de reconstruction au niveau de la partie inférieure du visage, Philippe Lançon se livre sans fards mais de manière pudique, en nous faisant partager ce qui est désormais son quotidien : les soins et le professionnalisme de l’équipe soignante, le défilé incessant des proches qui rythme les opérations au bloc, la greffe d’un « lambeau » de peau censée lui rendre son apparence physique. Surtout, il nous livre sa vérité en ne nous cachant rien ou presque de ses blessures – physiques et intimes – de ses tourments, de ses fantômes et des béquilles qui l’aident à tenir le coup.

Le journaliste révèle sa fragilité, ses doutes et la métamorphose qu’il vit dans son rapport aux autres, à soi et à son propre corps. Il témoigne de cette distance qui s’est instauré entre lui et sa vie d’avant, comme s’il peinait à faire le lien entre l’homme qu’il était avant l’attentat, entre ses souvenirs et celui qu’il est aujourd’hui. Philippe Lançon évoque avec précision cette distanciation qu’il vit, se sentant comme étranger, double, plus tout à fait le même suite à la tuerie.

Mon avis : Si j’ai été happée par le récit durant les deux premiers tiers de ma lecture, véritablement bouleversée et émue, j’ai finis par prendre mes distances avec ce texte glaçant, fort et parfois insoutenable. Progressivement, je me suis détachée de ma lecture, peut être saturée par les descriptions incessantes de soins, d’opérations et de traitements. Je me suis sentie plombée par cette lecture, presque asphyxiée, avec un désir fort de passer à autre chose, de sortir de ce texte si éprouvant.

Le style est journalistique, précis et méthodique. Cependant, les descriptions  des protocoles de soins sont très présentes, ce qui a finit par me lasser voire m’ennuyer franchement en fin de lecture.

Malgré tout, Philippe Lançon ne tombe jamais dans le pathos et distille par ses réflexions, ses commentaires sur ses lectures et son entourage, qu’il n’a rien perdu de son humour ni de son goût pour l’humanité et la culture.

L’écriture remplie ici une fonction cathartique, celle de l’aider à vivre, de continuer à faire entendre sa voix – alors que ses « blessures de guerre » l’en ont privé quelque temps – de mettre des mots et du sens sur un vécu traumatique.

Le petit + : l’ouvrage figure dans la première sélection du prix Renaudot 2018.

Référence : « Le Lambeau » de Philippe Lançon, aux éditions Gallimard, 512 pages, 21€.

Annuaire des auteurs·Caro·Témoignages

La dernière leçon, Noëlle Châtelet

 

En 2 mots : Une femme de 92 ans annonce à sa famille qu’elle a décidé de mettre fin à ses jours car l’idée de sa propre déchéance lui est intolérable. Passée la stupeur de l’annonce, sa fille accepte d’être à ses côtés dans les préparatifs de ce moment. Durant ces quelques semaines, elle va effectuer son propre cheminement pour parvenir à supporter l’intolérable : la mort programmée d’une mère tant aimée.

Une mère qui va la guider, l’aider à accepter cette décision nécessaire selon elle, lui apprendre à faire son travail de deuil de son vivant pour lui transmettre cette « dernière leçon » de vie.

Les derniers mois passés ensemble se révéleront infiniment précieux, chargés d’émotions et de moments forts, de fous rires, de larmes, d’amour surtout.

Pour qui ? : Ce livre propose, à travers un cas concret, une réflexion sur le droit de choisir librement sa fin de vie lorsque l’on est confronté à sa propre déchéance et qu’on refuse de devenir un poids pour ses proches.

Plus d’informations auprès de l’association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD).

Mon avis : sujet toujours tabou de nos jours, la possibilité de décider librement de sa fin de vie est au cœur de ce petit livre nécessaire pour faire évoluer les mentalités.

La force de la relation mère-fille, celle du lien qui les unit, celle aussi de l’amour nécessaire pour accompagner sa mère vers la mort et accepter les raisons qui motivent cette décision : tout cela est décrit avec pudeur et sobriété sans jamais tomber dans le pathos.

Les préparatifs de la mort annoncée de la mère de la narratrice permettent le rapprochement du duo mère-fille, les liens se resserrent en évoquant des souvenirs, en partageant des fous rires, en se soutenant l’une l’autre.

Beaucoup d’émotions à la lecture de ce texte qui m’a amené à réfléchir à mon positionnement sur la question de la fin de la vie et à me demander comment je réagirais si j’étais dans la peau de la narratrice. L’effort immense consenti par la fille pour accompagner et soutenir la décision de sa mère de mourir dans la dignité m’a laissé remplie d’admiration : quel courage, quelle force pour, malgré le chagrin, respecter les volontés de sa mère et être à ses côtés jusqu’au bout !

Le petit + : le film éponyme sorti en 2015 avec Sandrine Bonnaire et Marthe Villalonga dans les rôles titres + « Suite à la Dernière Leçon », le récit des coulisses de l’adaptation cinématographique.

Référence : « la dernière leçon » de Noëlle Châtelet, aux éditions Points, 192 pages, 6,70 €