Feel Good

Et tu m’as offert ton soleil, Virginie Sarah-Lou

En 2 mots : Le jour où Clémence décroche un emploi dans l’entreprise de Mr Moreau, elle pense en avoir enfin terminé avec les galères! C’est sans compter sur son facétieux patron qui lui confie un poste d’un nouveau genre, crée spécialement pour elle : chargée de l’égalité femme/homme au travail! Un intitulé bien pompeux mais difficile à aborder concrètement dans une entreprise éminemment technique, spécialisée dans la production de flacons de parfum. Intimidée par ce challenge, Clémence peut néanmoins compter sur le soutien sans faille d’Adèle, sa meilleure amie depuis le collège. Et du réconfort, la jeune femme en a bien besoin, elle qui porte à bout de bras Brigitte, sa mère dépressive depuis près de trente ans suite à la mort du frère jumeau de Clémence à la naissance. Une perte que sa mère n’a jamais réussi à surmonter…

Mon avis : j’ai découvert avec plaisir la plume de Virginie Sarah-Lou qui a réussi à m’embarquer sous le soleil d’Antibes avec ce roman feel-good-mais-pas-que. J’ai en effet été agréablement surprise de voir que, pour une fois, l’intrigue ne tournait pas autour d’une histoire d’amour! Ici, nous avons à faire à une héroïne résolument moderne et même à contre-courant puisque les relations amoureuses ne l’intéressent pas! Clémence a fort à faire entre son nouveau travail et ses soucis familiaux – qu’elle traîne depuis son enfance – et ne ressent pas le besoin de rencontrer quelqu’un, ça change! Ses préoccupations tournent essentiellement autour de ses missions professionnelles (j’ai d’ailleurs adoré son idée de « vit mon job pour une journée »!) et de ses tentatives pour sortir sa mère de son marasme. Une douleur profonde que l’on découvre petit à petit lors d’allers-retours dans le passé de Brigitte et Clémence.

Le roman se concentre donc sur des thèmes peu abordés dans ce genre littéraire, à savoir la culture d’entreprise et les relations femme/homme au travail, apportant des éclairages intéressants et inspirants sur le sujet. La relation mère-fille, ici fragile et complexe, est explorée sous le prisme du poids du deuil et de la tristesse incommensurable d’une maman en manque de son bébé. L’idée de montrer les répercussions d’une telle perte, même des années après la drame, m’a touché. En effet, Brigitte n’a jamais réussi à aller de l’avant et est restée bloquée à ce jour fatidique de la perte de son fils. Presque comme anesthésiée par la peine, elle n’a jamais réussi à être une vraie mère pour Clémence, malgré l’amour qu’elle lui porte. Tout du long, on se prend à espérer que la rencontre se fasse finalement entre elles.

Enfin, j’ai apprécié l’humour de ce roman, notamment la manie de Clémence de reprendre à sa sauce les expressions de la langue française, ainsi que le côté pétillant d’Adèle ou celui, résolument peau de vache, de Josy, la secrétaire de Mr Moreau!

Références : « Et tu m’as offert ton soleil« , Virginie Sarah-Lou, aux éditions Ramsay, 240 pages, 16,90€.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s