Feel Good

Les sales gosses, Charlye Ménétrier Mcgrath

En 2 mots : Lorsque Jeanne est placée en maison de retraite par ses enfants, à presque 82 ans, c’est la soupe à la grimace! C’est bien simple, la vieille dame ne supporte pas d’avoir été admise en institution contre son gré et elle compte bien le faire savoir en rendant la vie impossible à sa famille. Pour ce faire, elle a l’idée de simuler une démence afin de les faire tourner en bourrique : Jeanne se met alors à parler à tort et à travers, à jurer à tout bout de champ et n’hésite d’ailleurs pas à leur faire honte en public histoire de bien enfoncer le clou! Mais, petit à petit, Jeanne fait la connaissance de Léon puis de Lucienne, Loulou, Paddy et Jo, eux aussi résidents de la maison de retraite. Cette petite bande fait une place à cette mamie farceuse qui se sent bien en leur compagnie. Ensemble, ils rient, s’amusent, profitent de l’existence tout en se livrant également à des confidences sur leurs moments de bonheur mais aussi sur les regrets qu’ils éprouvent à l’aube de leur vie.

Mon avis : Un vrai bol d’air frais que ce roman qui nous fait découvrir une petite bande de retraités pas comme les autres! C’est frais, dynamique, très drôle et vraiment bien écrit, dans la lignée des romans de Zoé Brisby et Virginie Grimaldi! Il y’a par contre beaucoup de personnages – Jeanne ayant une très très grande famille – et j’ai parfois été un peu perdue avec tous ces noms et pour m’y retrouver dans qui était qui.

J’ai été attendrie par cette petite communauté qui se sert les coudes et décide de profiter à fond des dernières années de leur vie. Bien sûr, cela relève un peu de l’utopie mais qu’est ce que ça fait du bien et donne foi en l’avenir! Les escapades à Paris, Manchester et chez Bocuse (!) apportent un vrai plus avec des situations tour à tour cocasses et touchantes car, lorsque la bande part en vadrouille, ça déménage et ils ne sont pas à une excentricité près!

Belle idée également d’aborder les relations amoureuses des personnes âgées qui osent ici ouvrir leur cœur, se laissant ainsi la possibilité de vivre une dernière histoire d’amour. Un sujet trop souvent tabou, tout comme la sexualité des ainés d’ailleurs, qui est ici envisagé avec naturel et sensibilité. Bravo!

Références : « Les sales gosses« , Charlye Ménétrier Mcgrath, aux éditions Pocket, 304 pages, 6,95€.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s