Feel Good·Non classé

Ceux qui s’aiment finissent toujours par se retrouver, Sonia Dagotor

116263445_292574401953945_1201395851843104949_n

En 2 mots : 3 femmes, 3 générations, 3 points de vue. Faites connaissance avec Liliane (la grand-mère), Catherine (la mère) et Justine (la fille), vous ne le regretterez pas tant ce trio s’est révélé attachant et émouvant! Voyez donc : Justine est en couple avec Benjamin mais ce dernier est un vrai goujat que mamie Liliane aimerait bien faire décamper à coups de pied au derrière! D’ailleurs, afin d’ouvrir les yeux à sa petite-fille, elle se met à lui faire des confidences sur ce qu’est vraiment le grand amour en lui parlant de Charles, un homme qu’elle a follement aimé dans les années 50. Quant à Catherine, elle s’ennuie dans sa vie plan plan avec ses enfants qui sont grands et son mari qui ne la regarde plus. Du coup, elle se laisserait bien tenter par Pierre, son jeune collègue qui la regarde d’un air gourmand. Tout un programme et la promesse de moult rebondissements pour la petite famille!

Mon avis : Même si j’ai eu un peu de mal à m’habituer à la structure du texte qui alterne sans cesse entre les points de vue des trois personnages principaux, j’ai adoré ce roman! Bien que les liens familiaux entre Liliane, Catherine et Justine soient très étroits et que leurs vies se mêlent, chacune des femmes développe également sa propre histoire, avec sa propre tonalité. J’ai notamment beaucoup aimé la trame autour de Liliane qui part à la recherche de son amour de jeunesse dont elle n’a plus de nouvelles depuis 1958 ainsi que celle de Catherine, en proie à une irrésistible attirance pour son jeune et séduisant collègue.

La relation grand-mère / petite-fille est particulièrement belle ; Liliane et Justine se font confiance, se confient et prennent soin l’une de l’autre d’une manière touchante. Leur entente mutuelle, teintée de confidences, de petits plats et de « dépatouillage » avec les nouvelles technologies apportent également beaucoup d’humour au roman. Car oui, il faut le souligner, c’est très drôle! Sonia Dagotor nous livre des personnages très « nature » et qui ne se prennent pas au sérieux. Loin d’être parfaits, ils commettent des erreurs et cèdent à leurs travers pour le plus grand plaisir du lecteur mais ils sont aussi emplis d’humanité et prompts à se remettre en question et à pardonner. J’ai passé un très bon moment de lecture à leurs côtés, d’autant que certaines des intrigues restent indéfinies jusqu’à la fin et que j’avais hâte de savoir comment chacune des héroïnes allaient évoluer.

En bref, « Ceux qui s’aiment finissant toujours par se retrouver » a été très agréable à lire. L’écriture est fluide et le rythme enlevé grâce à la narration qui donne la parole tour à tour aux trois héroïnes, alternant les points de vue presque à chaque page.

Références : « Ceux qui s’aiment finissent toujours par se retrouver« , Sonia Dagotor, aux éditions du Cherche Midi, 272 pages, 16€.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s