Non classé·Romans étrangers

La belle de Jérusalem, Sarit Yishai-Levi

En 2 mots : A Jérusalem, dans la famille Hermosa, ce sont les femmes qui tiennent le premier rôle auprès de Gabriel, le patriarche. Autour de lui gravitent ainsi ces trois filles, sa mère Mercada, une femme aigre et cruelle, ainsi que sa femme, Rosa, effacée et peu éduquée. « La belle de Jérusalem » s’attache à suivre la vie des membres de ce clan de juifs espagnols tout au long du XXe siècle. La famille traversera ainsi l’occupation britannique, la seconde guerre mondiale, la déclaration d’indépendance d’Israël en 1948 ainsi que la guerre civile entre arabes et juifs qui en découla. Dans cette ville mythique, sans cesse à feu et à sang au gré des tensions et des aléas géopolitiques, le clan Hermosa tente tant bien que mal de survivre et de s’adapter, déchiré entre le poids des traditions et l’aspiration à plus de modernité et de liberté souhaitée par les jeunes générations.

Mon avis : Une formidable saga familiale, intense et passionnelle! Bien que le roman puisse paraître interminable du fait de ces longs chapitres (en moyenne 70 pages!), je me suis passionnée pour l’histoire tourmentée de cette famille. Luna, l’aînée des filles de Gabriel, vive et indépendante, incarne ainsi une héroïne moderne qui essaie de s’émanciper du poids des traditions en acceptant un emploi, à l’image de sa sœur cadette Rahelika, qui trouve sa voie en s’engageant dans une organisation clandestine qui lutte pour libérer Jérusalem des ingérences étrangères. Ces femmes fortes, élevées dans un pays instable, m’ont vraiment impressionné par leur courage et leur force : toutes apprennent à faire face, après avoir connu l’opulence, à une vie de privation où les dangers de la guerre et de la famine sont omniprésents. Elles font souffler un vent de liberté dans un roman où l’on sent à chaque page le poids du patriarcat et des traditions millénaires que l’on n’ose pas briser, quitte à rater sa vie. L’exemple de Gabriel, obligé d’épouser une femme qu’il n’aime pas, sur ordre de sa mère, est un parfait exemple de ce carcan des traditions qui broie et oppresse les individus déviants. Il traverse ainsi le roman éternellement malheureux, coupable d’avoir perdu son amour de jeunesse pour n’avoir pas oser défier sa mère. L’histoire semble, hélas! se répéter avec la génération suivante, faisant de Luna la nouvelle victime de cette malédiction des histoires d’amours malheureuses à laquelle semble vouer les membres du clan…

Le personnage de Rosa, plutôt taciturne, se révèle également très intéressant, tout en nuances. Malgré son manque d’éducation et son respect des traditions, elle n’hésite pas, dans l’ombre, à dévoiler une personnalité plutôt trouble et des pensées parfois choquantes.

Le féminisme est certes très peu présent dans ce roman qui apparaît, par bien des côtés comme profondément archaïque et intolérant, en décrivant le fonctionnement de la société de l’époque. J’ai néanmoins été frappée par l’incroyable solidarité qui règne dans le roman ; solidarité entre les membres de la famille Hermosa mais aussi entre tous les habitants de leur quartier qui forment une communauté soudée et très liée, dans les bons comme les mauvais moments. Cela reste un très beau roman de femmes ; des femmes lumineuses, indépendantes et courageuses, chacune à leur manière.

Coup de cœur également pour le style de Sarit Yishai-Levi, cette manière de mêler du judéo-espagnol au texte, a contribué à donner profondeur et authenticité à ce récit. J’ai trouvé le roman agréable à lire, fluide et bien rythmé. Malgré quelques allers-retours passé/présent au début du roman, le texte suit ensuite un rythme plus linéaire et chronologique.

J’ai adoré suivre cette famille sur quatre générations, les voire évoluer, vivre et aimer au fil de l’histoire tourmentée de Jérusalem, véritable héroïne du roman!

Références : « La belle de Jérusalem« , Sarit Yishai-Levi, aux éditions Charleston, 560 pages, 22,50€. Sortie prévue le 15/09/2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s