Feel Good·Non classé

Même les méchants rêvent d’amour, Anne-Gaëlle Huon

101701866_857604504648858_329441313206304768_n

En 2 mots : Julia, la trentaine, quitte Paris pour s’installer dans la maison de sa grand-mère en Provence. Cette dernière, Jeannine, n’est plus tout à fait la même depuis quelques temps et une mauvaise chute dans le jardin l’a contrainte a emménager dans une résidence pour personnes âgées, sous la bonne garde de Félix, son aide de vie. Se sentant décliner, la vieille dame avait entrepris la rédaction d’un carnet contenant ses souvenirs de jeunesse ainsi que quelques secrets qu’elle désirait révéler à sa petite fille après sa mort. Mais Julia met rapidement la main sur ce carnet et part alors à la rencontre de la jeune fille enthousiaste et pleine de vie que fut sa grand-mère. En parallèle, la jeune trentenaire remet également en question sa vie, ses aspirations et ses priorités, trouvant dans les souvenirs de sa mamie, la force d’oser faire bouger les choses et de vivre enfin pleinement sa vie, en savourant l’existence et les bonheurs qu’elle lui apporte.

Mon avis : Une touchante histoire de secrets de famille sous le soleil de Provence! Malheureusement, malgré les personnages sympathiques et le joli décor, la mayonnaise a eu du mal à prendre :/

J’ai ainsi peiné tout du long, perdant le fil au gré des sauts dans le temps et des listes mnémotechniques de Jeannine. Pourtant, malgré les nombreuses coupures dans le récit, la narration reste claire et fluide, mais je n’ai pas ressenti ce petit frisson susceptible de capter mon intérêt et d’illuminer ma lecture, me donnant envie d’y revenir avec gourmandise. Un peu d’ennui donc et finalement peu d’intérêt pour le sort des personnages auxquels je n’ai jamais réellement réussi à m’attacher et j’en suis vraiment désolée car j’aurai adoré avoir un coup de cœur pour ce roman mais ce ne sera pas pour cette fois.

J’avais déjà eu un peu cette impression avec le précédent roman de l’autrice, « Le bonheur n’a pas de rides », où là encore je n’avais pas réussi à adhérer complètement à l’histoire. Néanmoins, « Même les méchants rêvent d’amour » restent une lecture divertissante et feel good même si, pour ma part, je n’ai pas été sensible à son charme…

Références : « Même les méchants rêvent d’amour« , Anne-Gaëlle Huon, aux éditions du livre de poche, 352 pages, 7,90€.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s