Non classé·Romans français

La chance de leur vie, Agnès Desarthe

72369687_10156390525486566_5560052910923972608_n

En 2 mots : Cap sur les États-Unis pour y suivre l’expatriation d’une famille française exilée en Caroline du sud. Hector, le père, s’épanouit dans son poste d’universitaire où sa réputation de french poet fait des ravages auprès de la gente féminine. Son épouse Sylvie peine, elle, à s’habituer à cette nouvelle vie et ne se sent guère à sa place dans ce pays de la démesure. Sans conviction, elle entame des cours de poterie qui pourraient bien être sa planche de salut dans le chaos environnant.Le vertige la guette d’autant que son fils unique, Lester, est en proie à une crise spirituelle et insiste pour qu’on l’appelle désormais Absalom Absalom, ambiance!

Mon avis : j’ai pris beaucoup de plaisir à suivre les tribulations et les dysfonctionnements de cette étrange et pourtant si familière tribu. Il y’a du Laura Kasischke dans cette parenthèse américaine qui met en exergue la vacuité du quotidien d’une femme au foyer, ses bizarreries ainsi que les errances adolescentes de son fils. Le texte souligne également la complexité des relations familiales ; les Vickery vivent sous le même toit mais ignorent tout ou presque des tourments intérieurs qui animent leurs proches, que ce soit la frénésie sexuelle, créatrice ou spirituelle. Chacun dysfonctionne à sa manière, en essayant de conserver pour soi cette part intime et intense de leurs existences.

Au delà de la douce bizarrerie de la famille, ce roman évoque subtilement l’anéantissement, ce vertige abyssal que l’on ressent aux pires heures de sa vie, avec plus ou moins de violence et de talent pour le dissimuler. Étrangers les uns aux autres mais étrangement soudés, liés par un attachement puissant qui respecte les zones d’ombres des autres, les Vickery ont l’intelligence de s’octroyer cette liberté ultime d’avoir un jardin secret. Roman du renoncement – à soi, à ses idéaux, à la norme – « la chance de leur vie » livre quelques belles fulgurances qui transcende l’atmosphère mélancolique et léthargique du texte.

Enfin le style de la romancière, pétillant d’intelligence et d’humour, fait des merveilles et donne corps au sentiment de vacuité qui se dégage de ce livre.

Références : « La chance de leur vie« , Agnès Desarthe, aux éditions Points, 312 pages, 7,40€.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s