Non classé·Romans français

Comme si tout recommençait, Léa Wiazemsky

67231905_10156217139366566_5939336726894870528_n

En 2 mots : Une vraie bienveillance se dégage de ce roman qui a pour cadre une résidence accueillant des personnages âgées à Antibes. L’ambiance y est plutôt sinistre jusqu’à l’arrivée de Barbara, la nouvelle directrice, elle-même fracassée par la vie, et qui entreprend de mettre un grand coup de pied dans la fourmilière. Sous son impulsion, tout ce petit monde tente de prendre un nouveau départ au crépuscule de leur vie et de remettre un peu de joie de vivre dans leur quotidien bien morose.

Mon avis : Si seulement tous les directeurs d’EHPAD pouvaient avoir la bienveillance et l’altruisme de Barbara! Son personnage, bien que profondément malheureux, trouve une raison de vivre en embrassant ce nouveau travail de directrice de maison de retraite. Animée par un profond désir de changer les choses et d’améliorer la vie des résidents, qui ne tarde pas à devenir des amis, la jeune femme apporte un peu de bonheur et allège la solitude de ces seniors souvent minés par la perte de leurs repères et de leurs proches.

Touchants sont également les parcours de vie de certains résidents, à l’image de Claire, rescapée des camps de concentration. La force de leurs souvenirs ou la douleur de certains drames intimes, évoqués en filigrane, m’a fait réfléchir sur la place que l’on accorde aux réminiscences des plus anciens. Malheureusement, on prend rarement le temps d’écouter leurs histoires de vie, eux qui sont pourtant les derniers témoins d’un siècle agité et tourmenté…

L’histoire, servie par une écriture réaliste, capte l’attention du lecteur et l’amène à se questionner sur des sujets essentiels de notre société. J’ai ainsi beaucoup apprécié cette lecture criante de vérité mais tout de même porteuse d’espoir. La justesse du regard que pose l’autrice sur le quotidien bien solitaire des résidents en maison de retraite est, à bien des égards, éclairante et révoltante à la fois.

En bref, très beau roman sur l’amitié, les liens intergénérationnels et la fin de vie avec, en prime, de belles histoires d’amour à la clé!

Références : « Comme si tout recommençait« , Léa Wiazemsky, aux éditions Michel Lafon, 319 pages, 16,95€.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s