Non classé·Romans français

Changer l’eau des fleurs, Valérie Perrin

64282860_10156131397061566_569501999045804032_n

En 2 mots : Dans un petit village de Bourgogne, Violette Toussaint, la quarantaine, occupe le poste de gardienne de cimetière. Travail sinistre s’il en est, il fait pourtant le bonheur de Violette qui a su faire de sa loge un lieu convivial où fossoyeurs et proches endeuillés se réchauffent et se réconfortent autour d’un café. Au contact de ces personnes bienveillantes, Violette trouve un certain apaisement et renoue avec un bonheur simple, fait des petites joies du quotidien après une vie de drames et de malheurs. Enfant née sous X, elle ne sera jamais adoptée : une blessure au fer rouge qui la suivra toute sa vie. Lorsque, à 18 ans, elle rencontre Philippe Toussaint, Violette pense trouver un échappatoire et – enfin – fonder une famille bien à elle. Malheureusement, son mari se révèle violent et son mariage une nouvelle désillusion, heureusement tempérée par la naissance d’une petite Léontine qui sera sa raison de vivre jusqu’au drame…

Mon avis : Valérie Perrin nous offre un magnifique portrait de femme avec le personnage de Violette, véritable mère courage qui force l’admiration en restant digne et bienveillante malgré les coups durs de la vie. Je me suis particulièrement attachée à cette femme, touchante et sincère, qui malgré les épreuves, ne perd jamais son altruisme et son empathie.

Surtout, ne vous fiez pas à la couverte de « Changer l’eau des fleurs » car nous sommes bien loin ici d’un roman feel good! Cette histoire est en réalité une belle leçon de vie dont les maîtres mots sont courage, abnégation et soif de vivre envers et contre tout!

Il faut en revanche un peu de temps pour se repérer dans les allers-retours que fait Violette entre sa vie actuelle et les épisodes marquants de son passé. Roman fleuve de plus de 600 pages, il compte finalement peu de longueurs tant l’autrice a su me captiver et m’embarquer dans l’histoire de cette pudique gardienne de cimetière malmenée par la vie.

Un roman marquant qui résonne encore en moi plusieurs jours après l’avoir refermé ; je ne suis pas prête d’oublier la si attachante Violette!

Références : « Changer l’eau des fleurs » , Valérie Perrin, aux éditions du Livre de Poche, 672 pages, 8,90€.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s