Non classé·Policiers

Surface, Olivier Norek

57204044_10155991741811566_703301642044309504_o

En 2 mots : Une enquête en eaux troubles au cœur de l’Aveyron!

Débarquée de la Brigade des Stups suite à une opération qui a mal tourné en la laissant cruellement défigurée, le capitaine Noémie Chastain se retrouve sur la touche. Parachutée dans le petit commissariat de campagne de Decazville, où il ne se passe jamais rien, Noémie ronge son frein en attendant de retrouver l’effervescence de Paris. Lorsque le cadavre en décomposition d’un enfant est repêché dans un fut en plastique flottant à la surface du lac, le tempérament de flic de Noémie se réveille. La résurgence de ce cold case, faisant écho à la disparition, jusque là jamais élucidée, de 3 jeunes enfants en 1994 va mettre la vallée en émoi, réveillant secrets et blessures enfouis. La rédemption de la jeune femme passera t-elle par la résolution de cette énigme mystérieuse et torturée?

Mon avis : J’ai apprécié ce virage prit par Olivier Norek qui nous offre une enquête plus rurale, éloignée des péripéties urbaines du capitaine Coste, son héros récurent. Dans ce coin reculé de l’Aveyron où tout le monde se connait, la réouverture d’une enquête inachevée datant des années 1990, apporte une profondeur et une authenticité bienvenues à l’intrigue. Je me suis ainsi laissée happer par l’atmosphère de calme apparent et par la puissance de la nature, notamment du lac, qui renferme bien des secrets, apportant par sa présence en toile de fond, une angoisse latente.

L’intrigue du capitaine Chastain est bien menée, avec du rythme, distillant savamment indices et rebondissements. J’ai parfois eu du mal à me détacher de ma lecture, l’enquête remplissant parfaitement son « job » en me tenant en haleine tout du long.

J’ai également fini par m’attacher à Noémie, pourtant peu sympathique de prime abord, en raison de l’extrême souffrance qui résulte de son agression. Femme mutilée en pleine reconstruction, elle a forcé mon admiration en se révélant comme une héroïne certes blessée, mais incroyablement forte et tenace. Mention spéciale également aux personnages secondaires, loin d’être de simples figurants, qui se révèlent attachants tout en étoffant l’arrière plan du roman.

Plus sensible et psychologique, ce polar est mon préféré d’Olivier Norek!

Références : « Surface« , Olivier Norek, aux éditions Michel Lafon, 424 pages, 19,95€.

Publicités

Un commentaire sur “Surface, Olivier Norek

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s