Annuaire des auteurs·Caro·Feel Good

La délicatesse du homard, Laure Manel

 

En 2 mots : Elsa n’en peut plus : malmenée par la vie, à bout de souffle, elle échoue sur une plage bretonne battue par les vents et la pluie. C’est là que François, propriétaire d’un centre équestre, l’a découvre inanimée, flottant dans les limbes de l’inconscience et de l’oubli. Touché par la fragilité de la jeune fille, cet homme solitaire décide de la recueillir chez lui, mû par un besoin impérieux de lui venir en aide. Là, Elsa trouve un refuge, du temps, de l’espace pour refaire surface et commencer à se reconstruire. Ces deux êtres cabossés par la vie entament alors une étrange cohabitation dans laquelle Elsa puise la force nécessaire à sa guérison. Progressivement, elle dévoile des bribes de sa vie à son hôte à mesure que la confiance l’emplie à nouveau.

Entourée par la bienveillance de François et au contact des chevaux du centre équestre, Elsa parvient progressivement à faire la paix avec elle-même et avec ce passé qui pèse comme un lourd fardeau sur ses épaules.

Mon avis : Très beau texte sur deux solitudes qui se tendent la main, se comprennent, s’accordent l’une à l’autre pour se guérir et cicatriser leurs plaies. Les tourments d’Elsa prennent aux tripes tant sa souffrance est palpable à travers les pages ; écrasée de tristesse et de solitude, elle n’est que souffrance lorsque François la découvre recroquevillée sur la plage. Les mots de Laure Manel rendent parfaitement compte de ce désir de simplement arrêter de souffrir, de penser, de laisser derrière soi les bleus à l’âme qui meurtrissent le corps et les pensées. Elle décrypte avec justesse le désespoir profond de la dépression et le parcours long et difficile pour refaire surface.

Le rôle primordial de l’équithérapie apporte de la luminosité au texte : au contact des chevaux, Elsa surmonte ses peurs, éprouve le plaisir et la liberté de vivre, de lâcher prise, se remet à envisager l’avenir.

C’est une histoire éminemment positive que celle de ces deux êtres farouches qui s’apprivoisent et reprennent goût à la vie après les drames.

Il y’a beaucoup de grâce et de délicatesse dans la plume de Laure Manel, tout en nuances, en retenue et en pudeur.

Référence : « La délicatesse du homard » de Laure Manel, aux éditions du Livre de poche, 352 pages, 7,70€.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s